Rechercher

Biennale Danse Émoi 2018

CCM Jean-Moulin
jeudi 8 février / 20h00

En souvenir de l’Indien / Autóctonos II

En Souvenir de L’Indien :

Je continue à creuser la figure du chorégraphe et du travail dont Naufrage était une esquisse.
Le chorégraphe est un travailleur comme les autres.
Cette relation au travail qui est prépondérante dans nos vies et parfois conflictuelle, cristallise nombreuses de nos questions intimes, comme la relation au monde, au groupe et à l’autre. En ce sens je veux faire une pièce politique, en exposant la relation au groupe et au pouvoir.
Initialement quand j’ai commencé à réfléchir à ce projet c’est surtout sur la figure du leader positif, un leader capable de rendre les collaborateurs meilleurs et heureux, au service d’un projet qui m’a questionnée. Je voulais résoudre cette équation en me demandant ce qu’il fallait apporter, comme cadre, comme manière de communiquer, etc..
Mais quand j’ai commencé à travailler c’est surtout la morbidité, l’égo, les tensions, les comportement ambigües que l’on peut avoir vis à vis de nous-même et du travail qui se sont révélés et qu’il m’a intéressé de développer.
J’ai eu envie de me confronter au drame en gardant le ton qui m’est propre : un humour à la fois ironique et distancié.

 

Autóctonos II

Avec Autóctonos II, il est toujours question de notre société de l’endurance, de la rentabilité, de la productivité. Cependant, il ne s’agit plus cette fois de toucher à sa puissance, mais de creuser dans sa défaillance, son effondrement, son impossibilité communautaire.

Cette fois donc, il n’est plus question de héros, d’hommes-machines qui se croient tout-puissants comme dans Hérétiques, mais tout le contraire : de « simples » humains, conscients de leurs propres contradictions, de leurs propres « étrangetés ». 

 

Tarif B (de 19 à 23€)
Durée : 1h & 1h
Tout Public
Avec l’Office Nationale de Diffusion Artistique